Hallux Valgus

traitement conservateur

Définition

Les orteils comprennent deux ou trois petits os (les phalanges). Le premier os à la base de chaque orteil est relié à un os plus long (le métatarsien), au niveau d’une articulation appelée articulation métatarsophalangienne.
Lorsque l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil se déforme, on parle d’hallux valgus (du latin hallux, « gros orteil » et valgus, « tourné en dehors »).

Prendre RDV

En quelques clics, prenez rendez-vous en ligne 24h/24h

Symptômes

Votre pied est déformé et vous fait mal. L’os déformé peut pousser sur la peau et entrainer la formation d’une bosse sur le côté du pied, qui frotte contre la chaussure. Ce phénomène douloureux est connu sous le nom d’oignon.
D’autres conséquences peuvent survenir. Les autres orteils peuvent également se courber anormalement, on parle d’orteil en griffe. Cela entraîne la formation de zones douloureuses où la peau s’épaissit et se durcit.

Si les éléments qui maintiennent les os finissent par se déchirer, l’articulation risque de se déboîter (luxation).

Des douleurs peuvent également apparaître sous la plante du pied, à l’avant (métatarsalgies), parce que les orteils n’appuient plus de façon harmonieuse sur le sol lors de la marche.
Lorsque la gêne fonctionnelle et la douleur sont présentes et que les traitements médicaux sont inefficaces une chirurgie peut vous être proposée.

Lorsque la gêne fonctionnelle et la douleur sont présentes et que les traitements médicaux sont inefficaces une chirurgie peut vous être proposée.
L’opération consiste à réaligner votre gros orteil, à « remettre en place » votre articulation métatarso-phalangienne.

Il existe différentes techniques. Le chirurgien choisit la technique la plus appropriée à votre cas.
Parmi les techniques mini-invasives, l’ostéotomie en chevron est l’une des plus fréquemment employées en cas d’hallux valgus.

Avant l’intervention,

Le médecin anesthésiste insensibilise la partie inférieure de votre jambe (anesthésie loco-régionale sous repérage échographique).
Après avoir enlevé une fine pellicule d’os à l’extrémité du métatarsien, le chirurgien coupe cet os (ostéotomie) selon une forme qui ressemble à un chevron, d’où le nom donné à cette technique. Ce geste sépare la tête du reste de l’os. Ainsi le chirurgien peut remettre la tête du métatarsien et le gros orteil dans le bon axe pour réduire la déformation.

Le chirurgien réalise souvent une deuxième coupe, cette fois dans la première phalange du gros orteil, afin d’obtenir un meilleur alignement de l’ensemble (ostéotomie de Akin).
Habituellement, l’opération dure entre 30 et 45 minutes.
En fin d’opération, le chirurgien vous fait un pansement sur tout l’avant du pied, que vous gardez pendant 10jours.

Organisez vos consultations

vérifiez vos documents à apporter et la procédure des consultations 

Vous rentrez chez vous le soir même

(hospitalisation ambulatoire).
Des traitements contre la douleur vous sont prescris à votre sortie de la clinique afin de ne pas avoir de douleur lors de la levée de l’anesthésie loco-régionale.

Il est également réalisé des injections d’anticoagulants pour éviter les risques de phlébite.
Vous marchez avec une chaussure de décharge de l’avant pied pendant quatre semaines après l’opération, avec sevrage progressif autorisé sur 2 semaines à partir de la 4ème semaine pour la douche, les exercices pied au sol, la conduite automobile sous couvert de chaussures larges.
L’avant-pied a tendance à gonfler à la suite de l’opération (œdème). Le chirurgien vous donne quelques conseils pour limiter ce gonflement (surélévation du pied, glace).

De l’auto-rééducation puis de la Kinésithérapie à partir du 12ème jour post opératoire est réalisée afin de récupérer la souplesse des articulations, de travailler le déroulé du pas, travail de l’agrippement des orteils et étirement des chaînes musculaires postérieures, massages drainants (exercices sous couvert de la chaussure d’hallux valgus jusque J + 30)
Douleur et gonflement disparaissent lorsque la cassure réalisée entre les os par le chirurgien est consolidée, c’est-à-dire en règle générale entre quarante cinq jours et trois mois après l’opération.

La reprise de sports comme le vélo et la natation sont repris progressivement à partir de J + 2 mois, les autres sports sont réintroduits progressivement à partir de J + 3 mois.
L’opération permet de remettre en place votre gros orteil, et ainsi de vous soulager.

Les complications sont rares mais sont possibles :

  • La récidive : Malgré une correction initiale favorable, une récidive de la déformation est possible. Elle est parfois la conséquence d’un état prédisposant personnel (hyperlaxité constitutionnelle) ou d’anomalie plus globale de votre pied (pied plat).
  • Hallux varus : la correction peut se faire avec excès, soit de manière précoce ou tardive.Le déplacement se fait alors de l’autre côté, vers l’intérieur (hallux varus), pouvant nécessiter une ré-intervention.
  • Les métatarsalgies de transfert : Dans certains cas, du fait de la correction de la déformation de votre gros orteil, vos appuis à la marche peuvent être modifiés et entraîner des douleurs au niveau des autres métatarsiens (d’où le terme de métatarsalgie de transfert) pouvant parfois nécessiter un traitement spécifique secondairement (orthèse, semelle, intervention chirurgicale).
  • Les douleurs chroniques et l’algodystrophie : Toute prise en charge médicale ou chirurgicale dans le cadre de phénomènes douloureux, peut de manière aléatoire et imprévisible voir persister les phénomènes douloureux ou même en renforcer d’autres. Ces phénomènes douloureux chroniques peuvent s’installer dans le temps sous la forme de douleur complexe et régionale, pouvant évoluer de nombreux mois, laissant parfois persister des séquelles trophiques ou articulaires.
  • L’infection : Elles nécessitent souvent la mise en place d’antibiotique, peuvent nécessiter des réinterventions chirurgicales. Certains facteurs comme le diabète, le tabagisme ou des immunodépressions (corticoïdes…), peuvent favoriser cette complication.
  • Les troubles cicatriciels : On peut ainsi retrouver un retard ou un trouble de cicatrisation pouvant aller de la cicatrice disgracieuse à la désunion ou à la nécrose cutanée.
  • Les complications thrombo-emboliques : Toute prise en charge chirurgicale, surtout du membre inférieur, peut favoriser la création d’un caillot sanguin obstruant les veines et réalisant une phlébite. Ce caillot peut même gagner la circulation pulmonaire et être responsable d’une embolie aux conséquences parfois graves voire fatales. La prévention de cette complication peut se faire par la mise en place d’une anti coagulation en fonction de la chirurgie et de votre état de santé.
  • L’intoxication tabagique : L’intoxication tabagique est un facteur de risque important pour la chirurgie du pied et de la cheville, favorisant notamment les troubles cicatriciels, les infections et les complications thrombo-emboliques, ainsi que des problèmes de consolidation osseuse.
  • Le démontage et bris de matériel
  • Les mauvaises consolidations ou absence de consolidation osseuse

Récuperation Rapide Après Chirurgie

Elle permet une optimisation de la prise en charge du patient, en réduisant la durée d’hospitalisation
et en permettant une réhabilitation plus rapide et plus efficace.

logo cmc montelimar

Contactez nous

89 Avenue du Teil
26200 Montélimar

Tel : 04 75 00 35 78

clinique kennedy cmc montelimar