Le ligament croisé antérieur

LCA

Définition

Le ligament croisé antérieur (LCA) est situé au milieu du genou. Placé dans l’échancrure du fémur, véritable cavité au milieu du genou, il est oblique vers haut, vers l’arrière et en dehors. Le ligament croisé postérieur est situé juste en arrière de lui. Ces deux ligaments sont « croisés » l’un par rapport à l’autre : lorsque le tibia effectue un mouvement de rotation en dedans, ils ont tendance à s’enrouler ensemble.

Le ligament croisé antérieur (LCA) est un des 4 ligaments du genou. Il existe 2 ligaments latéraux : interne et externe, et 2 ligaments centraux appelés croisés car ils se croisent en plein milieu du genou. Les ligaments sont des haubans tendus d’un os à l’autre. Ils permettant aux surfaces articulaires de rester bien en contact lors des mouvements et assurent ainsi la stabilité de l’articulation.

Les ligaments croisés (et surtout le ligament croisé antérieur) assure la plus grande part de la stabilité du genou. En cas d’atteinte du ligament croisé antérieur on parlera d’entorse grave car, alors, la stabilité du genou est compromise.

Prendre RDV

En quelques clics, prenez rendez-vous en ligne 24h/24h

Symptômes

La rupture du ligament croisé antérieur s’observe très souvent dans un contexte sportif alors que le quadriceps est fortement contracté (réception d’un saut, shoot dans le vide …). La rupture ligamentaire peut également survenir lors des classiques entorses du genou, lors d’un contact appui (placage au rugby, choc au football, …) en valgus et rotation externe, en varus et rotation interne.

Un craquement est ressenti par le patient de même qu’une une sensation de déboîtement . La douleur est d’intensité variable, parfois expliquée par la présence d’un épanchement qui met en tension la capsule articulaire.

Diagnostic

L’examen clinique confirme le diagnostic en retrouvant un signe essentiel : le tiroir antérieur du tibia par rapport au fémur, recherché sur un genou en légère flexion. C’est le signe de « Lachman » dont la présence permet d’affirmer le diagnostic de rupture du LCA.

L’examen est complété par la vérification de l’état des autres ligaments du genou, en particulier des ligaments latéraux, interne et externe, dont l’atteinte associée n’est pas exceptionnelle. Cet examen clinique permet habituellement d’affirmer le diagnostic. Il peut cependant être difficile, en particulier si le genou est douloureux et le blessé contracté. Les examens complémentaires prennent alors toute leur valeur.

 

    Organisez vos consultations

    vérifiez vos documents à apporter et la procédure des consultations 

    Examens complémentaires

    • Les radiographies standards complètent le bilan de ce genou traumatisé : elles sont indispensables pour éliminer une lésion osseuse (fracture).
    • Les radiographies avec poussée en tiroir (Télos) permettent d’affirmer l’existence d’un tiroir au niveau du genou traumatisé par rapport au genou sain, confirmant ainsi le diagnostic de rupture du ligament croisé antérieur. Ce tiroir radiologique différentiel a également un intérêt quantitatif en précisant l’importance de la laxité.
    • L’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) est un examen plus récent, qui renseigne à la fois sur l’état osseux, ligamentaire et méniscal. Très utile, sa réalisation n’est toutefois pas systématique dans le cadre de ces ruptures du LCA.

      Traitement

      L’intervention a pour objectif de reconstruire le ligament à son emplacement exact.

      Pour ce faire, nous utilisons le plus souvent des tissus prélevés sur l’opéré lui-même (autogreffe), provenant en général des tendons ischio-jambiers ou du tendon rotulien.

      L’intervention est réalisée à l’aide d’une caméra (arthroscopie).

      Après l’opération

      • Durée de l’hospitalisation : cette intervention se pratique désormais dans la majorité des cas en ambulatoire.
      • Rééducation : pour une bonne récupération, il est essentiel que le patient fasse de la physiothérapie, à raison de 2 à 3 séances par semaine, dès le 5e jour après l’opération. Il est important que cette rééducation soit organisée et planifiée avant la chirurgie. Ce point est abordé en consultation préopératoire avec le chirurgien. La physiothérapie s’étend en général sur une période de 4 mois.
      • Reprise des activités : la reprise d’activités sportives avec mouvements latéraux, démarrages brusques et pivots n’est autorisée qu’après avoir obtenu des résultats concluants lors des tests fonctionnels, réalisés à plusieurs reprises lors du suivi postopératoire (en général à 4 et 8 mois après la chirurgie).

      Récuperation Rapide Après Chirurgie

      Elle permet une optimisation de la prise en charge du patient, en réduisant la durée d’hospitalisation
      et en permettant une réhabilitation plus rapide et plus efficace.

      logo cmc montelimar

      Contactez nous

      89 Avenue du Teil
      26200 Montélimar

      Tel : 04 75 00 35 78

      clinique kennedy cmc montelimar